Doris Hofer | 17.09.2018

Eviter les coups de barre

Nous avons toutes et tous une fois ou l’autre des fringales, c'est humain. Cela ne devient un problème que lorsque nous les avons fréquemment. Il existe quelques mesures très simples pour éviter les fringales. Pour cela, nous devons comprendre ce qui les déclenche.

Sucre simple

Je ne cache pas le fait que je mange de temps à autre également des choses malsaines, et c’est tout à fait en ordre. Je n’éprouve jamais de sentiments de culpabilité lorsque je mange une glace Magnum ou un gros brownie. Pourtant, ce qui me dérange, c’est que je pourrais encore, après avoir consommé une grosse glace, manger facilement trois autres. Cela me m’arrive jamais par exemple avec des pralinés fait maison. Après avoir consommé trois boules, je me sens rassasiée et heureuse. Les sucres simples qui se cachent dans les desserts conventionnels sont la cause de notre désir de vouloir consommer davantage. Le sucre et la farine blanche (amidon) sont transformés immédiatement en glucose par le corps et cela chamboule notre taux de sucre dans le sang. Les fruits, les haricots et les produits complets contiennent certes aussi du sucre, mais ils sont chargés de fibres alimentaires qui empêchent l’apport du sucre dans le sang.

Edulcorants

Je bois une gorgée de cola light tous les 36 du mois et en faisant des gâteaux, je n’utilise aucun édulcorant artificiel. Là où je ne fais pas attention, c’est lorsque je consomme de la poudre de protéine. En tant que végétarienne, lorsque je veux développer mes muscles (et pas seulement maintenir ma masse musculaire), je ne peux pas tout simplement manger suffisamment d’œufs et de lentilles. Alors, j’attrape ma cuillère de poudre de protéines. Ce n'est absolument pas mauvais lorsqu’il s’agit d’un produit de qualité qui ne contient que de la protéine de lait. Néanmoins, j’ai constaté plusieurs fois que j’avais envie de quelque chose de sucré après avoir bu mon «shake» ou après avoir mangé un yoghourt protéiné. C’est bien évidemment à cause de l'édulcorant qui envoie le signal au cerveau que le sucre arrive. Cependant, comme il s’agit de calories vides, notre corps a l’impression d’avoir été trompé et réclame du vrai sucre.

Fatigue et stress

Si j’ai peu dormi la nuit précédente et qu’après une longue journée de travail, je rentre complètement épuisée à la maison, le risque est bien plus élevé que je me nourrisse de façon malsaine que si j’étais reposée. La cause en est la ghréline, «l’hormone de la faim», qui est produite à des doses élevées en cas de déficit de sommeil. En plus, notre corps pense de manière pratique: il peut transformer les hydrates de carbone en énergie le plus rapidement et ils ont l’effet secondaire agréable de stimuler la production des hormones du bonheur, qui nous consolent dans les situations de stress.

Règles et grossesse

Notre taux de sérotonine (la sérotonine est une hormone du bonheur) est généralement plus bas que d’habitude durant les règles. Etant donné que notre corps peut produire des hormones de bonheur avec des aliments tout prêts comme les chips ou le chocolat, il les désire. Une grossesse provoque non seulement des fluctuations hormonales mais aussi probablement de manière inconsciente des peurs. Des questions telles que «Serai-je une bonne mère?» et «Un accouchement est-il aussi terrible que ce qu’on voit dans les films?» peuvent préoccuper une jeune femme.

Nice Cream

Lorsque Kerem et moi-même avons envie de quelque chose de sucré et que je n’ai pas de pralinés sains dans mon congélateur, nous faisons de la glace. La recette est très simple, n’hésitez pas à la tester.

Préparation

Il est important que les bananes aient été coupées en rondelles au moins un jour avant et placées dans un sac au congélateur. J’en ai toujours une ou deux en réserve dans le congélateur. Mettre les rondelles de banane avec le lait et la poudre de cacao dans un mixer et réduire les ingrédients en purée. J’y ajoute volontiers des fruits frais comme par exemple des baies ou quelques éclats d’amandes, ce qui donne ensuite une délicieuse coupe glacée.

Informations sur l'auteur

Doris Hofer

Je m’appelle Doris Hofer, connue sous le pseudo Squatgirl. Aujourd’hui, à 42 ans, je suis plus en forme que quand j’avais 20 ans, parce que je sais maintenant à quoi faire attention. Dans le blog Visana, je vous confie comment je réussis à rester pleine d’énergie, même avec le travail, les enfants et le chien. Nous faisons des exercices confortablement installés au salon et préparons des repas simples, mais sains, que vous pouvez emporter au bureau ou à l’école.