Georges Althaus | 11.04.2018

La résilience: pour apprendre à surmonter les crises

Résilience: ce mot latin désigne la résistance intérieure de notre âme, notre force psychique, notre manière de gérer les charges et la pression de notre entourage si complexe et notre façon de surmonter les crises. Et l’espoir est permis: la résilience s’apprend.

Au quotidien, l’agitation augmente, ainsi que la pression au poste de travail et que le manque de visibilité de ce qui nous entoure. L’équilibre intérieur est affaibli. Lorsqu’une véritable crise survient, nos fondations vacillent, et avec elles toute notre identité. Dans de telles situations, la manière dont nous abordons la crise, dont nous la gérons et comment nous en ressortons est décisive. Cela dépend de notre degré de résilience.

Naviguer à travers les crises de manière consciente

La résilience (latin pour rebondir, ne pas rester figé) est notre force intérieure, notre système immunitaire psychique. Une personne disposant d’une bonne dose de résilience ne se laisse pas abattre par une situation défavorable ou par des conditions de vie difficiles. Mais cela ne signifie pas de ne pas laisser la crise venir jusqu’à nous. Nous essayons plutôt de la percevoir consciemment, de la cerner et d’essayer de la gérer de manière active, de la traiter positivement. Ainsi, une situation défavorable se transforme en opportunité de grandir.

La crise est un état productif. Il suffit de lui enlever son arrière-goût de catastrophe. - Max Frisch

Renforcer les facteurs de protection psychologiques

La résilience commence dans la tête. Rien que la disposition à faire face à une situation critique et à ne pas l’éviter renforce nos propres facteurs de résistance. Et il existe d’autres piliers sur lesquels se fonde une résilience saine et efficace, susceptible d’être promue de manière ciblée par chacun et chacune. En font partie

  • l’optimisme: «Ma posture de base est confiante et positive.»
  • acceptation: «Je ne me bats pas contre ce qui ne peut pas être changé. Je l’accepte.»
  • efficacité personnelle: «En mon for intérieur, je suis persuadé/e que je peux influer sur les choses.»
  • responsabilité: «Je ne suis pas une victime. Je peux surmonter cette crise.»
  • réseau social: «Je crée des liens et je recherche la compréhension et le soutien chez les autres.»

Lorsque nous arrivons à aborder les crises et les problèmes avec cette posture émotionnelle positive, nous arrivons aussi à gérer la pression, les changements, les incertitudes et les coups durs de la vie. Nous apprenons ainsi à en tirer une expérience positive et à ressortir renforcé/e de la crise.

 

La résilience dans l’entreprise

Dans l’entreprise aussi, le stress, l’insécurité et les changements sont omniprésents. Et tout comme un être humain en tant qu’individu, une entreprise peut aussi réagir à cette pression avec un comportement résilient.

A cette fin, l’entreprise devrait préparer le terrain, avant qu’une perturbation ne surgisse, en misant sur une culture d’entreprise marquée par l’ouverture et le dialogue. Quand un grand changement ou même une crise arrive, une entreprise résiliente est alors en mesure de réagir avec une certaine sérénité. Il est important que les collaborateurs et les collaboratrices soient informés rapidement et préparés au processus de changement.

Dans un certain sens, une entreprise fonctionne comme un individu. Et le contraire est vrai aussi. En effet, il est important pour tous les deux de s’entraîner à un comportement de résilience, pendant les périodes de calme. Parce que la prochaine perturbation n’est jamais loin. C'est juste une question de temps avant qu'elle ne soit là.

La résilience sur tous les canaux

Visana s’engage pour le renforcement de la résilience. Dans ses «Flashlights» (www.visana.ch/flashlights) consacrés au renforcement de la santé psychique, vous trouverez par ailleurs des informations sur le thème de la résilience, pour les personnes en charge de conduite et les collaboratrices et collaborateurs. De plus, Visana proposera l’année prochaine le nouveau séminaire «Favoriser la résilience». Vous trouverez le programme du séminaire sur www.visana.ch/bgm.

Informations sur l'auteur

Georges Althaus

Après avoir longuement exploré le domaine de l’art, je me suis établi dans le monde de l’économie: les termes tels que projets, prospection du marché et communication sont des mots-clés qui m’accompagnent et notamment depuis 2015, dans le domaine de la clientèle entreprises au sein de Visana. Je crois fermement que tout dépend des personnes et non des institutions. Et de plus: les chiffres, la nature et la créativité ne sont pas des notions qui s’opposent, mais qui, au contraire, se complètent formant idéalement un tout, aussi bien dans la sphère privée que dans la sphère professionnelle.