Stephan Fischer | 08.01.2019

La maladie la plus coûteuse de Suisse

En Suisse, une personne sur quatre souffre de rhumatismes, soit près de deux millions de personnes. Aucune autre maladie ne génère autant de coûts: environ 23 milliards de francs par an. Les symptômes sont extrêmement variés. Souvent, les douleurs apparaissent d’abord aux poignets.

Ce ne sont pas les maladies cardiovasculaires qui génèrent le plus de coûts en Suisse (17 milliards de francs par an). Ni le cancer (11 milliards). Ce sont les rhumatismes, avec 23 milliards de francs par an. Cela peut sembler surprenant à première vue. Mais lorsqu’on sait qu’environ deux millions de personnes souffrent d’une maladie rhumatismale en Suisse, cela n’a plus rien d’étonnant. D’autant plus qu’une rente d’invalidité sur quatre est imputable aux rhumatismes.

Plus de 400 formes

Mais qu’est-ce que le rhumatisme au juste? Chaque personne en a certainement entendu parler, mais celles et ceux qui ne sont pas directement touchés, soit plus des trois quarts de la population, ne sont probablement pas en mesure d’en définir précisément le tableau clinique. D’autant plus que le sujet est relativement complexe, étant donné qu’il existe plus de 400 formes de rhumatismes. Provenant d’un terme grec ancien signifiant «flux, écoulement», le rhumatisme entraîne des douleurs chez toutes les personnes concernées. Il peut toucher les tissus conjonctifs et de soutien de l’appareil locomoteur, soit les os, les muscles, les articulations, les tendons et les bourses séreuses. Pour classifier les innombrables formes existantes, le plus simple est de faire la distinction entre les rhumatismes inflammatoires et non inflammatoires.

Difficile à identifier

Il existe des inflammations articulaires, appelées arthrites, et des formes non inflammatoires, les arthroses. Entrent dans cette dernière catégorie les maladies dégénératives des articulations, mais aussi la goutte, les maladies osseuses et les douleurs dorsales chroniques, lorsque celles-ci ne sont pas provoquées par une affection inflammatoire. Les premiers signes du rhumatisme peuvent sembler anodins, par exemple de la fatigue, une perte d’appétit ou une légère fièvre. C’est pourquoi cette maladie est aussi difficile à diagnostiquer d’emblée. Toutefois, tôt ou tard, les articulations enflent, en commençant généralement par celles de la main. Les personnes touchées ressentent des douleurs et des sensations de raideur. D’autres régions, telles que les genoux, les hanches et les épaules, ne sont souvent atteintes que plus tard. La plupart des formes de rhumatismes peuvent aujourd’hui être traitées en combinant médicaments et thérapie. La priorité est de soulager le patient ou la patiente, de maintenir la mobilité des articulations touchées et d’accroître la masse musculaire. Une alimentation adéquate peut contribuer à réduire l’inflammation et les douleurs. La thermo-, l'hydro- et l'électrothérapie sont parfois utiles, mais tôt ou tard, la seule solution efficace reste souvent l’opération, consistant à remplacer les articulations détruites par des prothèses.

Une maladie connue depuis 2500 ans

La plupart du temps, les rhumatismes touchent des personnes d’un certain âge, mais les jeunes adultes, voire les enfants, peuvent aussi se voir diagnostiquer la maladie. Le terme de rhumatisme est l’un des noms de maladie les plus anciens. Il était déjà employé il y a environ 2500 ans. Et aujourd’hui encore, l’affection n'est pas complètement maîtrisée.

Cérémonie «Bain vitalité» à l’Alpamare

Profitez d’un séjour à l’Alpamare avec les nouvelles cérémonies salines. Afin de renforcer les bienfaits sur la santé du bain d’eau saline iodée, l’Alpamare propose des cérémonies salines vivifiantes dans le bassin extérieur. Pour ces applications, la saumure est enrichie en sels de lithium et de potassium. Pour soulager les maladies rhumatismales, l’Alpamare propose des sels de souffre/sulfate. Ce sel renforce également l’appareil locomoteur et agit en douceur sur la peau et les cheveux. De plus, il prévient et soulage les maladies de peau telles que l’acné et l’eczéma. Les personnes assurées chez Visana ont la possibilité d’acheter le sel de souffre/sulfate en exclusivité à la caisse de l’Alpamare et de l’utiliser dans le bain d’eau saline iodée. En tant qu’assuré/e Visana, vous bénéficiez par ailleurs d’un rabais de 15% sur l’entrée à l’Alpamare.

Informations sur l'auteur

Stephan Fischer

Depuis 2007, je travaille comme rédacteur au sein de la Communication d’entreprise de Visana. Depuis le temps, je comprends le fonctionnement complexe de notre système de santé... plus ou moins! En tant que sportif aux intérêts variés et entraîneur d’athlétisme, je m’intéresse naturellement de près aux thèmes de la prévention, des blessures sportives ou de la récupération. Mais l’environnement et les sciences naturelles font également partie de mes intérêts journalistiques.