retour à l'aperçu

La clé de voute du paysage bernois des hôpitaux et des homes

Depuis plus d’un siècle, Siloah est au service de la santé. Cette institution offre des soins médicaux intégrés, avec une spécialisation en gériatrie. Face aux évolutions du paysage des homes, Siloah mise sur des partenariats pour l'achat de biens de consommation et d’investissement ainsi que de prestations de service.

Le tram à plancher surbaissé démarre depuis Berne, en direction de Worb. À Gümligen, il s'arrête à la station Siloah. Depuis 1956, le site du même nom dispose d’environ 1100 places de travail, avec son propre raccordement aux transports publics, signe de son importance pour la région. «Siloah», ou Siloé en français, est le nom d’un bassin situé à Jérusalem, qui est réputé posséder des vertus curatives. Il y a plus de 100 ans, il a donné son nom à l’institution Diakonissenheim, à partir de laquelle s’est développé l’institution actuelle Siloah AG, le centre de compétence régional en matière de gériatrie.

Un suivi complet

Initialement, Siloah était un établissement de soins de longue durée classique. Aujourd’hui, son offre de prestations comprend, outre le centre de longue durée Siloah (résidences pour personnes âgées et soins neurologiques de longue durée), les domaines hospitaliers BESAS Berner Spitalzentrum für Altersmedizin Siloah (centre hospitalier bernois pour la gériatrie, soins aigus et réadaptation en gériatrie) ainsi que le Neurozentrum Siloah (centre neurologique). Depuis le début de l'année, la réadaptation neurologique complète l’offre proposée dans le domaine hospitalier.

Les soins médicaux intégrés, avec spécialisation en gériatrie, sont la compétence-clé de Siloah, explique Marc Fuchs, CEO suppléant et responsable Finances et exploitations. «Nos patientes et patients sont traités par le personnel médical, thérapeutique et soignant de BESAS et du centre neurologique; les soins de longue durée offrent pour leur part des solutions de transition après la sortie de l’hôpital. Nous pouvons ainsi coordonner l’ensemble du traitement de manière optimale et <sous un seul toit>», précise Marc Fuchs.

Coopérer et profiter

Une spécialisation est particulièrement importante dans les soins de longue durée, car tous les établissements ne peuvent et ne doivent pas tout proposer. «Nous collaborons par exemple avec des partenaires dans le domaine des hôpitaux et des homes, qui traitent des personnes présentant des situations chirurgicales, des addictions ou des troubles psychiques, car nous ne sommes pas spécialisés dans ces domaines», explique Marc Fuchs. «Notre point fort est la gériatrie.»

 

Dans le paysage des homes, les tarifs sont sous pression, tandis que les coûts continuent à augmenter. C’est pourquoi des partenariats entre des petites et moyennes exploitations sont, aux yeux du CEO de Siloah, la clé pour maîtriser cette situation difficile. «Dans le cadre de coopérations bien conçues, l'ensemble représente davantage que la somme de tous les éléments qui le compose», tel est le crédo de cet économiste d’entreprise doté d’un doctorat et d’une longue expérience professionnelle dans le développement des entreprises sur le marché suisse des banques de détail. C’est sur ce principe que l’institution Siloah et deux autres établissements de la région ont fondé IG Einkauf Bern, en 2016.

Aider à s’aider soi-même

Plus de 30 institutions au sein et en dehors du canton de Berne font partie de IG Einkauf Bern. Elles peuvent choisir parmi un éventail complet de conventions-cadres avantageuses dans tous les domaines en lien avec les établissements médicaux-sociaux et ainsi bénéficier de prix d'achat moins onéreux: par exemple, pour l’achat de denrées alimentaires ou de matériel de soins, pour la conclusion de contrats de maintenance pour ascenseurs, pour l’exploitation informatique ou pour la conclusion d’une solution LPP ou d’indemnités journalières en cas de maladie. Les commandes groupées pour les lits de soins (en 2020), le linge d’entreprise ou encore les machines à café (tous deux en 2021) en font également partie, tout comme l’exploitation d’un système d’appel développé avec la participation du personnel soignant. Il s’agit d’«aider à s’aider soi-même», comme le dit Marc Fuchs. «Toutes les conventions sont conçues de sorte qu’un volume total plus important conduit automatiquement à de meilleures conditions. Les mêmes conditions avantageuses s’appliquent à tous les membres», explique-t-il. La participation est gratuite pour les membres et fournisseurs, tous les avantages de prix profitent directement aux membres.

Les négociations contractuelles et tous les travaux de coordination sont assurés par les trois membres fondateurs. «L’administration demeure volontairement très simple; en conséquence, les coûts y relatifs sont marginaux par rapport au bénéfice», déclare le responsable Finances et exploitations de Siloah. À cela s’ajoute le fait que d’étroites amitiés sont nées au fil des ans. Naturellement, des voix critiques se sont également élevées au début, se souvient Marc Fuchs. «Ce qui ne coûte rien ne peut pas avoir de valeur, entendait-on. Nous avons dû faire un travail de conviction en la matière et démontrer qu’il n’y a pas d’attrape chez IG Einkauf Bern», dit-il en souriant.

Accent sur le personnel

«Pour que nos résidents/es et nos patients/es se portent bien, il est impérativement nécessaire d’avoir des collaboratrices et collaborateurs satisfaits et en bonne santé», déclare Miriam Weber, responsable HRM suppléante. Mais le personnel spécialisé qualifié se fait rare dans le domaine de la santé, d'autant plus pendant la pandémie de coronavirus. «En particulier dans les soins de longue durée et en ce qui concerne le personnel de soins diplômé, le recrutement de nouveaux collaborateurs et collaboratrices est un véritable défi», explique Miriam Weber. «C’est pourquoi il nous tient à cœur d’être un employeur attrayant. Et nous le sommes», affirme-t-elle. Et ce, grâce à des salaires équitables et un climat de travail positif. «Cela signifie par exemple que nous payons le temps que le personnel de l’établissement passe à se changer», ajoute Marc Fuchs. Une partie des augmentations annuelles de salaire (il y en a également en période de coronavirus) ont été financées par les économies réalisées lors des acquisitions effectuées par IG Einkauf Bern.

La vaste offre de formation et de perfectionnement contribue de manière importante à la bonne ambiance. «Cette offre est cruciale pour nous. Le jour où les apprenties et apprentis terminent leur formation, ma première question est toujours: lesquels/lesquelles d’entre vous vais-je revoir? Lorsque les deux tiers lèvent la main et qu’une partie de l'autre tiers doit faire le service militaire, nous avons bien travaillé», déclare le CEO suppléant. La bonne ambiance de travail a également porté ses fruits pendant la pandémie. «Nous avons beaucoup appris. Nous nous sommes aidés mutuellement, entre départements, c’était super. Je suis convaincu que nos 650 collaboratrices et collaborateurs sont sortis de la crise du coronavirus comme une équipe encore plus soudée», soutient Marc Fuchs.

Thématiser les absences

Les efforts entrepris dans la gestion de la santé en entreprise (GSE) influent également positivement sur la satisfaction du personnel. Avec le soutien de l'assureur d’indemnités journalières en cas de maladie Visana, les collaboratrices et collaborateurs et les personnes en charge de conduite ont discuté du thème des absences de courte durée et de leurs causes, dans le cadre d'ateliers. À partir de ces derniers, des mesures concrètes ont été définies et mises en œuvre (par exemple diverses acquisitions pour un travail ergonomique ou un projet pilote pour des services non divisés dans les soins de longue durée), ce qui a été accueilli très favorablement par les personnes impliquées. «Au début, il y avait évidemment aussi des attitudes critiques, voire hostiles», déclare Marc Fuchs. «Nous sommes néanmoins parvenus à démontrer qu’avec la GSE, notre intention n'est pas de pointer du doigt. Dès le début, notre objectif était de déduire des mesures concrètes et de les mettre en œuvre, dans l’intérêt des collaboratrices et collaborateurs. Les absences de courte durée ont déjà diminué durant la première année, ce qui s'est répercuté favorablement sur le montant des primes, et ainsi, sur le portemonnaie des collaboratrices et collaborateurs. Visana nous a conseillés de manière très professionnelle en la matière et a contribué à faire de nous un employeur encore plus attrayant.»

Siloah AG: centre de compétence pour la gériatrie

 

En 1917, le «Erholungs- und Diakonissenheim Siloah» a été fondé sur le terrain d’une ferme située à Gümligen, près de Berne. C’est à partir de cet établissement que s’est développé Siloah AG, le centre de compétence régional actuel pour les soins médicaux intégrés, spécialisé en gériatrie. Il comprend le centre hospitalier bernois pour la gériatrie BESAS, le centre de longue durée Siloah et le centre neurologique Siloah. Siloah dispose de 220 lits et emploie quelque 650 collaboratrices et collaborateurs, dont une centaine de personnes en formation et d’étudiants/es. L'actionnaire majoritaire de Siloah AG est la fondation d’utilité publique à but non lucratif Siloah. www.siloah.ch

IG Einkauf – collaboration entre EMS

IG Einkauf Bern est un regroupement sur une base volontaire de plus de 30 établissements médico-sociaux, institutions pour l’intégration professionnelle et centres de psychiatrie et de réadaptation régionaux. Son objectif est de mettre en commun le volume d’acquisition et d’investissement et d’obtenir des prix d'achat avantageux pour les membres, par le biais de conventions-cadres à long terme avec des fournisseurs, par exemple pour le matériel, l’infrastructure ou les prestations de service. Tous les membres bénéficient des mêmes prix, indépendamment de leur taille. L’adhésion est gratuite, tous les avantages de prix profitent intégralement aux membres. www.ig-einkauf.ch.

Donne-nous ton avis.

L'article t’a plu?
Nous nous réjouissons de tes commentaires.

'
Contact